Logo

Rénover en toute tranquillité

On connaît tous quelqu’un qui, dans le cadre de rénovations à la maison, a dû composer avec des travaux en retard, mal faits ou laissés en plan. Comment mettre les chances de son côté quand vient le temps de refaire la toiture, de changer les armoires ou de remplacer les fenêtres?

L’entrepreneur avec qui vous ferez affaire doit détenir une licence de la Régie du bâtiment. Cette licence prouve que la Régie a vérifié sa qualification professionnelle. L’organisme met d’ailleurs à votre disposition, au www.rbq.gouv.qc.ca, le Registre des détenteurs de licences. Ces vérifications menées, il est recommandé de retenir trois entrepreneurs et de leur demander un devis. Vous pourrez ainsi comparer les offres qui vous sont faites et prendre une décision éclairée.

Exigez un contrat écrit, puis assurez-vous que son contenu correspond à ce qui vous a été dit. L’entrepreneur vous a-t-il promis que vos nouvelles armoires seront installées en deux semaines? S’engage-t-il à vous débarrasser de vos vieilles armoires? Ces informations devraient figurer dans le contrat qui vous est remis. Plus votre contrat comportera de détails, plus vous saurez à quoi vous attendre et plus vous serez protégé en cas de problèmes.

La loi permet à l’entrepreneur de vous demander un acompte. Il est cependant préférable d’éviter d’en donner un, mais plutôt de négocier un versement qui sera le plus petit possible. Par la suite, vous gagnerez probablement à payer les travaux par tranche, selon leur avancement, et à faire le dernier paiement seulement à la fin des rénovations.

Malgré toutes ces précautions, nul ne peut prétendre être totalement à l’abri des problèmes. Il existe fort heureusement des solutions si vous n’arrivez pas à vous entendre avec un commerçant. Vous pouvez vous adresser à l’Office de la protection du consommateur si un entrepreneur vous a donné de faux renseignements dans le but de vous inciter à conclure un contrat avec lui ou si le bien qu’il vous a vendu n’a pas eu une durée de vie raisonnable. Dans d’autres circonstances, la Régie du bâtiment du Québec, l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec et l’Association de la construction du Québec peuvent également vous aider.

Source : Office de protection du consommateur

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*