Logo
Avant d’entreprendre des rénovations

Avant d’entreprendre des rénovations

Conseils pratiques

L’arrivée du printemps, sans le moindre doute, incitera plusieurs citoyens à entamer des rénovations. Toutefois, afin de prévenir de fâcheuses surprises, l’Office de la protection du consommateur (OPC) met en garde la population.

Que ces travaux soient nécessaires ou qu’ils visent simplement à embellir la maison, la vigilance est essentielle en tout temps. Mais comment mettre les chances de son côté quand vient le temps de refaire la toiture, de changer les armoires ou de remplacer les fenêtres? L’OPC invite d’abord les gens à bien choisir leur entrepreneur. En effet, avant de confier ces travaux à un entrepreneur, l’organisme recommande de prendre des références auprès de collègues, de parents ou d’amis. L’entrepreneur retenu doit non seulement posséder un permis de la Régie du bâtiment, mais également avoir en main son permis de commerçant itinérant de l’OPC.

Pour obtenir ces renseignements, les Vaudreuil-Soulangeois peuvent consulter, sur le site Internet de l’OPC, l’outil « Renseignez-vous sur un commerçant ». Il sera alors notamment possible de savoir si l’entrepreneur a déjà fait l’objet de plaintes.

Soulignons de plus que la Régie du bâtiment rend accessible en ligne le « Registre des détenteurs de permis », un autre outil très utile. Ces vérifications faites, une évaluation écrite des travaux à effectuer et des coûts aidera le citoyen à comparer les offres et à prendre une décision éclairée.

Contrat détaillé, consommateur protégé

Évidemment, il faut s’assurer d’avoir un contrat écrit, conforme aux promesses verbales de l’entrepreneur (dates de début et de fin des travaux, matériaux utilisés, coûts, etc.). La prudence est de mise à l’égard de celui qui refusera de consigner ses dires dans un contrat.

Avant d’ouvrir son portefeuille

S’il n’est pas considéré comme un commerçant itinérant, la loi permet à l’entrepreneur de demander à son client un acompte avant le début des travaux. Il est toutefois préférable d’éviter d’en donner un, ou encore de négocier un petit versement.

En effet, même si cette situation est plutôt exceptionnelle, des consommateurs ont déjà vu leur acompte disparaître dans les poches d’un entrepreneur. Ce dernier n’a jamais effectué les travaux planifiés.

En ce qui concerne le paiement des travaux, l’OPC suggère de payer en plusieurs fois, selon leur avancement, et de faire un dernier paiement quand ils sont terminés. Il est d’ailleurs souhaitable de consigner ces renseignements au contrat afin d’éviter tout malentendu.

Malgré toutes ces précautions, nul ne peut prétendre être à l’abri des problèmes. L’OPC peut malgré tout aider les gens à connaître leurs recours et à faire valoir leurs droits. Ces derniers sont également invités à consulter le site Internet de l’OPC au www.opc.gouv.qc.ca.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*