Logo
L’arrosage du potager – Des habitudes à revoir

L’arrosage du potager – Des habitudes à revoir

L’arrosage au potager n’est pas chose facile, car il doit s’effectuer en fonction de différents facteurs. Si vous avez l’habitude de prendre le pistolet à n’importe quelle heure et d’asperger vos légumes tel un « jardinier automate », des changements s’imposent.

À la belle saison, le jardinier prend souvent l’habitude d’arroser en fin de journée. Même s’il a fait beau toute la journée, ce n’est peut-être pas le mieux à faire. En effet, jusqu’à la fin du mois de mai, les nuits peuvent être fraîches et l’association de l’arrosage du soir et de la fraîcheur de la nuit peut entraîner des problèmes de santé pour vos végétaux (maladies fongiques dues à une stagnation de l’eau sur les feuilles).

Au printemps, il est donc conseillé d’effectuer l’arrosage le matin, en évitant toutefois de le faire trop tôt. Attendez vers 10 h, que l’atmosphère se réchauffe un peu.

En été, c’est plutôt l’inverse. Arroser le matin alors qu’une journée caniculaire s’annonce ne sert à rien, même si vous vous levez aux aurores. Les plantes ne recevront pas le bénéfice de l’arrosage, car l’eau s’évaporera rapidement au cours de la matinée, avant qu’elles ne puissent l’absorber. Irriguer le soir s’avère plus indiqué.

La bonne fréquence et la bonne dose

Encore une habitude qui a la vie dure : l’arrosage journalier et en petite quantité. Pour un arrosage efficace du potager, il est préférable de le faire moins souvent, mais avec un apport d’eau plus élevé. L’explication tient au fait qu’un arrosage fréquent n’oblige pas les racines des plants de légumes à aller chercher l’eau en profondeur dans le sol. Conséquence : l’enra­ci­nement de surface rend les légumes dépendants du jardinier.

Arroser au bon endroit

On le voit avec les tomates et les cucurbitacées, l’arrosage sur le feuillage peut être très nocif, car favorisant les maladies cryptogamiques (champignons), comme le mildiou ou l’oïdium. De plus, asperger le feuillage avec de l’eau froide après une chaude journée d’été provoque un choc thermique néfaste pour sa santé.

Le mieux est de privilégier les apports d’eau sur le sol en pluie fine et à faible pression. En effet, rien ne sert de mettre le jet du pistolet-arroseur en forte pression, ce qui décape le sol et projette des particules terreuses sur les feuilles.

Si vous n’avez pas la patience d’apporter de l’eau à la plante, installez un système goutte à goutte pour les tomates, aubergines, courgettes, melons, courges, etc. Pour les légumes racines (carottes, navets, panais…), un réseau de tuyaux microporeux pourra vous faire réaliser de nombreuses économies de temps et d’argent.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*